Le langage écrit, lectures pédagogiques et progressions

Le langage écrit, lectures pédagogiques et progressions

Lecture  de Laurence PIERSON et Christophe LÉCULLÉE et relecture des Instructions Officielles, des recommandations, du guide … une nouvelle progression de cycle en langage écrit.

Comment je fonctionne ?

Pourquoi ces progressions ? non pas parce que c’est obligatoire, mais pour organiser les activités de manière logique, essayer d’être au plus proche de chaque enfant.

Programmation ou Progression ?

Connaissez-vous le moyen mnémotechnique pour différencier PROGRESSION et PROGRAMMATION ?
PROGRESSION => selon les progrès à faire, c’est à dire détailler l’attendu de fin de cycle en sous compétences à travailler avec les élèves.
PROGRAMMATION => selon un programme, c’est à dire organiser ces sous compétences sur toute l’année ou au moins sur une période de l’année (dur de savoir ce que l’on va faire exactement en période 5 sans connaitre nos élèves! ).

En langage …

Depuis plusieurs années, je fais mes progressions directement pour le cycle et non plus par section. Il y a donc selon les domaines, 3-4-5 voire 6 niveaux possibles.
Je trouve qu’avec ce fonctionnement, l’enseignant se sent moins dans un carcan et est plus à l’écoute des capacités des élèves.

Pour le langage, je n’ai pas de programmation ! QUOI ??? pas de programmation … elle y va au hasard !
Mais non … je fonctionne par projet. Quand je rédige mon projet, je sélectionne les compétences qui m’intéresse dans la progression. Au projet suivant, je vois si je dois refaire ces compétences ou alors les complexifier et suivre la progression.

Mes lectures

Christophe Lécullée et les obstacles de compréhension en littérature

Une amie passionnée de littérature, qui a toujours de supers projets autour d’un obstacle littéraire, m’a parlé de ce livre.

C. Lécullée - litterature

Une lecture très intéressante qui permet de bien identifier les obstacles  à faire surmonter aux élèves : obstacles liés à compréhension de l’histoire, du récit, aux différents constituants de l’album …
Ce livre est très clair, donne des progressions PS MS GS , des pistes d’idées et des listes d’albums.

Voici un résumé de ma lecture : maternelle-ecole de litterature-LECULLEE

A partir de ce livre, je me suis construit une grille pour organiser la littérature sur l’année. Voici la programmation de cette année, autour des différents narrateurs et celle de l’année dernière, sur la place et le rôle de la forêt dans la littérature de jeunesse.

Ces programmations me permettent de vérifier que chaque obstacle va être abordé durant l’année, sachant que je garde mes élèves sur 3 ans. Elles sont très succinctes, je rédige ensuite les projets et les séquences de langage, bien plus détaillés.

Laurence Pierson et l’écriture

Un livre qui donne des pistes de la PS au CE1 :
– que faire avant l’écriture
– la place du dessin, du coloriage et du gribouillage 😉
– une explication sur le geste d’écriture, la place des doigts, du poignet, de l’épaule
– une critique pertinente des fiches de graphisme et d’écriture
– le sens des lettres (progression intéressante à lire, basée sur le geste)
– les débuts de l’écriture en GS
– que faire ensuite au CP, au CE1 puis après.

Quelques notions ont retenu mon attention :
– il est important de partir du geste pour aller à la trace : dire de tourner et d’avancer et ensuite se rendre compte qu’on a dessiné des boucles.
– toujours lier écriture et lecture : en maternelle, on écrit beaucoup et on est alors prêt à entrer dans la lecture. Encoder prépare et aide à lire.
– colorier, gribouiller en ne bougeant que les doigts pour aider à développer cette motricité fine des doigts : tendre et plier le pouce.
– attention à la taille du cahier, au lignage (pas au dessus de 3mm, même au début sinon cela inciterait à bouger le poignet et non les doigts)
– « l’écriture cursive possède une logique propre et il n’est aucunement nécessaire d’apprendre des gestes différents pour chaque lettre. Pour bien comprendre ce système, il faut s’intéresser au geste formateur plus qu’à la lettre écrite. »

Je ne vous donnerai qu’un conseil : aller le lire. Il est vraiment intéressant, il donne plein de pistes et aide à comprendre bon nombre de difficultés possibles chez nos élèves.

bien écrire et aimer écrire

L’écriture … qu’est-ce exactement, que faut-il enseigner et comment  ?

Depuis plusieurs années, je développe beaucoup les écrits autonomes chez mes élèves dès la PS, grâce à des correspondances épistolaires avec des personnages, au sein de la classe ou avec les parents. Nous avons aussi des moments d’écriture, de copie en individuel ou en petits groupes. Nous écrivons quand (parce que) nous en avons besoin. Je détaille avec eux le geste graphique, je verbalise, on prend notre temps… et ça a l’air de fonctionner vu les retours des collègues de CP. Le reste du temps, en autonomie, ils écrivent en majuscules.

Mais les nouveaux documents « je rentre au CP » et particulièrement les séquences sur le geste d’écriture interrogent, me paraissent peu cohérentes avec les propos des programmes.

Le geste d’écriture

Il faut l’apprendre, le verbaliser, l’entrainer mais apprendre à écrire des lettres, regroupées selon le geste, sans sens particulier de manière systématique me fait penser à des séances d’écriture de CP.
Me voilà à lire et relire les programmes, le guide sur l’écriture, les documents ressources … Il est bien écrit qu’à l’école maternelle « l’apprentissage de l’écriture ne peut prendre sens qu’en situation d’écriture » . On écrit car on en a besoin.

Comment placer cet apprentissage des lettres dans ma progression selon un geste et non selon les projets en cours et donc les besoins des élèves ?
Actuellement, on écrit pour légender un dessin, écrire un titre d’album, écrire un courrier. Je différencie bien évidemment en fonction des enfants (seuls ceux qui sont prêts écrivent en cursif, MS ou GS), mais il nous arrive d’écrire un M avant le C si nous en avons besoin …

Ma progression en écriture : écrits autonomes et geste graphique

Je pense donc cette année intégrer cette progression du geste graphique comme différenciation  : continuer à écrire en situation, mais reprendre avec les plus fragiles le tracé des lettres en suivant cette progression rationnelle basée sur le geste formateur.

Je pense qu’en tant qu’enseignante il est important d’avoir conscience et de connaitre cette progression dans le geste d’écriture, de voir comment sont regroupées les lettres. Cela nous permet de repérer plus facilement les difficultés possibles et d’orienter au mieux nos élèves vers une écriture plus fluide.

progression ecriture

fichier pdf : Progression écritures

Ma progression de langage écrit sur le cycle

Après toutes ces lectures, voici ma progression de cycle pour le langage écrit.

progression lgge ecrit cycle

prog lgge écrit cycle 1

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *