Bienvenue dans notre classe, dans notre ville …

Bienvenue dans notre classe, dans notre ville …

Il y a  2 semaines, les enfants découvraient leur petit espace, leur maison afin de respecter le protocole sanitaire tout en gardant ce bien-être primordial à la venue en classe.

Il a fallu s’adapter en quelques jours. Tout fut chamboulé : l’aménagement de l’espace-classe, les horaires de récré, de sport, les projets prévus pour mai-juin… et pourtant les enfants sont là, les apprentissages doivent continuer et comme à mon habitude en essayant d’être au plus proche de chacun.
Un nouveau projet est né : la ville dans l’école.

Travailler par projet

L’espace étant adapté au protocole, j’ai réfléchi à comment continuer les apprentissages en donnant du sens pour les enfants dans ce qu’ils font et apprennent à l’école. J’ai donc laissé de côté le projet initialement prévu (le projet de juin  a été fait en mai … notre classe transplantée d ‘une semaine étant annulée) et j’en ai rédigé un nouveau en partant de ces maisons apparues dans la classe.

Voici mon projet interdisciplinaire

Ce projet prend vie dans notre classe, les apprentissages sont mis en scène (mais on n’oublie jamais les moments de métacognition), et les enfants jouent un rôle dans cette ville. Depuis que j’ai découvert la simulation globale, j’adore cette façon d’aborder les apprentissages (voir l’article à l’abordage des apprentissages)

Petits et grands vont continuer à acquérir de nouveaux champs lexicaux, à travailler les écrits autonomes et à développer l’encodage, à aborder les problèmes mathématiques, à découvrir des artistes …
Il est aussi suivi par ceux restés à la maison … qui sont de fait eux aussi dans une maison !

J’ai essayé de programmé les différentes séances de langage possibles. Ce n’est qu’une programmation large, je différencie ensuite les séance en fonction des élèves avec moi.

projet-ville3

Les apprentissages des élèves

En langage

Pour rendre notre ville à l’école la plus réelle possible, nous observons et apprenons ce qu’il y a dans les vraies villes, les vraies rues. Nous avons choisi le nom de notre ville « ROSEVILLE », les PS préparent le panneau qui sera fièrement accroché au dessus de la porte de la classe.

Les enfants de la maison participent aussi : on cherche le nom de sa rue ou de celle de l’école (et nous, ne pouvant pas sortir, nous utilisons STREET VIEW sur Google MAPS).

En classe, chaque enfant a choisi un nom de rue puis l’a recopié ou encodé selon le niveau. Ce panneau sera accroché devant leur maison.

Et maintenant que nous avons une adresse (un nom de rue, un nom de ville), nous allons pouvoir envoyer du courrier … à ceux restés à la maison mais aussi à ceux en classe et le glisser dans leur boite aux lettres. (lettre qui sera stockée et ouverte au bout de 5 jours, on n’oublie pas le protocole ! )

Chacun y trouvera un apprentissage à son niveau : dessiner, dicter à l’adulte pour les PS, recopier pour les MS et certains PS, encoder pour les GS et certains MS. Tous ensemble, nous apprendrons à utiliser une enveloppe, quoi écrire dessus…

Ce projet autour de la ville, des maisons, me permet aussi de réutiliser un jeu que j’apprécie : le jeu de la maison ( adapté pour mes PS MS GS à partir du super jeu de l‘école de Crevette)

Ce jeu permet de travailler le champ lexical des pièces de la maison, mais aussi de réinvestir le lexique spatial et de travailler la compréhension fine d’inférences.

Il peut se jouer avec l’adulte comme meneur de jeu : chaque enfant avec sa maison et ses cartes individuelles doit placer les personnages dans les bonnes pièces.
Mais  un enfant peut aussi être meneur de jeu avec différentes consignes à donner selon ses capacités : photo des personnages sur la photo de la pièce en gros, plan de la maison avec photos pour les plus jeunes, personnages et nom de la pièce pour travailler la prise d’indices dans les cartes lexiques puis pour les plus grands et à l’aise avec le décodage de courtes phrases à lire.
(petit point protocole : chaque enfant a son matériel et le gardera dans son espace – avantage d’avoir peu d’élèves / pour ceux restés à la maison, je demanderai aux enfants de choisir des doudous, et de dire, ou d’encoder à l’adulte dans quelle pièce aller les placer)

Voici les fichiers pdf du jeu : jeu maison carte – jeu maison

En maths

J’ai repris un jeu créé par une collègue désormais en retraite lors d’une classe transplantée : il faut compléter la maison avec portes et fenêtres. Cela permet de travailler selon la consigne : les quantités écrites ou chiffrées, les formes, la reproduction selon un modèle, les compléments.

jeu-ville7

J’ai aussi créé des problèmes additifs autour des maisons. « Si ma maison est comme cela et que dans ma ville, je veux en construire …, combien me faut-il de portes ? de fenêtres ?  »

Avec une progression dans les quantités de maison mais aussi dans les maisons elles-mêmes.

En art

Beaucoup d’artistes à découvrir et à faire découvrir pour ceux restés à la maison.(voir le projet)
Chaque enfant fera aussi son propre paillasson devant sa maison (idée géniale de mon ATSEM) : rectangle à la règle et mot écrit dedans. Dessus nous mettrons du scotch (eux seuls ou les adultes sur les traits tracés par l’enfant afin de respecter le protocole et éviter les contacts)

Mais nous avons commencé par … encore et toujours Hervé TULLET … un vrai plaisir …
Une séance d’arts visuels en direct avec ceux à la maison … et voilà notre bordure fleurie qui viendra décorer l’entrée de notre ville.
Gagnerons-nous la fleur du village le mieux fleuri ?

Il a fallu adapter l’espace, les apprentissages entre ceux à l’école et ceux à la maison tout en respectant les gestes barrières, mais ce fut un réel plaisir de créer ce projet et de le voir prendre vie  …

Comme beaucoup d’entre vous, mon effectif va augmenter d’ici la semaine prochaine, de nouvelles maisons vont apparaitre dans la classe et certaines auront un habitant pour deux jours puis un nouveau locataire.
Je demanderai aux nouveaux habitants de chercher, chez eux avant le retour à l’école, un nom de rue et de l’écrire sur un panneau afin de les impliquer rapidement dans la vie de la classe et leur permettre de rattraper leur retard sur cet aménagement.

En tout cas, les enfants n’attendent qu’une chose en ce moment : écrire pour glisser un mot dans la boite aux lettres de leur copains.
Comment vont-il réagir quand je leur dirai qu’ils vont devoir choisir un métier, se faire une devanture selon le métier choisi  ?

Hâte de vivre tout ça !

 

2 comments

Salut
J’adore ton projet.
Pour ma part, je vais me concentrer sur la partie maison.. J’aimerai beaucoup utiliser tes idées. Es-ce que tu pourrais partager ta version adaptée ? (je suis allée sur le site de crevette, qui utillisait aussi celle d’un autre site, dont la page ne marche pas….)
Bref, si tu le veux bien je suis preneuse car j’adore tes idées et je pense que cela ira pile poil pour mes 10 GS pour cette fin d’année.

Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *